Philippe Bertin, journaliste de formation, a choisi dès 1983 la photographie comme mode d’écriture pour investir la frontière entre mémoire collective et mémoire individuelle. 

Il arpente des territoires symboliques qui affichent les stigmates d’une histoire douloureuse : Vichy, Oradour, Auschwitz, Hiroshima et la Grande Guerre.
Il s’oriente vers des problématiques liées à des fractures plus intimes, des fêlures plus secrètes (milieu psychiatrique, milieu hospitalier, questions du lien et de l’identité, maladie d’Alzheimer).
Son prochain projet photographique devrait fédérer plusieurs poètes contemporains autour d’un fait divers des années trente dont Jacques Prévert s’était fait l’écho dans un poème intitulé : « la chasse à l’enfant ». Second sujet après « la femme tondue » qui aborde le thème de la délation et souligne la stigmatisation de certaines catégories de population.

Chaque nouvelle création est une exposition qui s’accompagne d’un projet d’ouvrage, en lien avec une création littéraire. En contrepoint, diverses animations sont mises en œuvre (lecture publique, atelier d’écriture, conférence-débat, lecture-spectacle).

-------------------------
Photographe de :

-------------------------
Site-web : http://www.productions-grandangle.com/